Accueil > Auteurs du site > DENIS Solène

DENIS Solène


Envoyer un message

Office de tourisme de Bourbonne-les-Bains (52400 Haute-Marne)



Derniers parcours :
  • Monts Faucilles - Versant Rhône - Saône - Apance

    Bourbonne les Bains à l’ère Gallo-romaine

      10 avril 2014 , par DENIS Solène dans Versant Rhône

    Venez découvrir d’anciennes pièces gallo-romaines dédiées à un culte des eaux débordant à Bourbonne les Bains
    Fouilles et constructions au cours des siècles laissent entrevoir un thermalisme fabuleux à l’époque gallo-romaine. Peut-être le plus prospère qu’ait jamais connu Bourbonne ? Pour s’en convaincre, il suffit de visiter les profondeurs du musée. Là, une salle toute en longueur s’ouvre sur des vestiges archéologiques retrouvés dans la station thermale : des piédestaux qui supportèrent des statues de (...)


  • Monts Faucilles - Versant Rhône - Saône - Apance

    La Vierge des Eaux à l’écoute des baigneurs

      10 avril 2014 , par DENIS Solène dans Versant Rhône

    L’avènement du christianisme va supplanter les dévotions aux dieux païens que furent Borvo et Damona. La Vierge souvent associées aux sources et à leurs bienfaits va faire l’objet d’un culte particulier à Bourbonne face aux pouvoirs curatifs des eaux thermales. De nombreuses guérisons sont attribuées à des miracles. Au XIIe siècle, une charte laisse supposer une chapelle au lieu-dit « le Prieuré ». En 1726, des écrits font état de crosses et béquilles laissées en ex-voto à la chapelle Notre-Dame de (...)


  • Monts Faucilles - Versant Rhône - Saône - Apance

    Le premier hôpital de France en ville thermale

      10 avril 2014 , par DENIS Solène dans Versant Rhône

    Louis XIV autorise par lettres patentes la fondation d’un hôpital réservé aux militaires, tandis que Louis XV déclenche enfin cette construction en 1730. Cinq ans plus tard, l’hôpital militaire royal ouvre et accueille des centaines d’officiers et des bataillons de soldats. De 1777 à 1780, il est prolongé par un bâtiment qui enjambe la rue Férat grâce à une porte charretière toujours existante. Les Allemands en 1940 en font leur cantonnement. Les installations thermales sont démontées et les métaux (...)