Accueil > Flore et faune

Flore et faune

Depuis la nuit des temps l’Homme sait tirer parti des plantes pour son bien être. Jacques Bochaton nous propose de découvrir quelques « simples » qui poussent au bord de l’eau en nous rappelant leurs propriétés et les usages que les « Anciens » en faisaient.

Les nombreuses plantes qui s’épanouissent le long des ruisseaux, des rivières à faible courant ou sur le bord des lacs et dans les marais tufeux attirent une vaste population d’insectes. Certains sont inféodés   à telle ou telle espèce particulière de plante, d’autres moins difficiles, vont se délecter du nectar de différentes fleurs.

La vie de ces êtres est intimement mêlée. Attirés par les phéromones   des plantes, les insectes accourent et tout en butinant se couvrent de pollen. Dans leur course folle, ils le transportent de fleur en fleur permettant ainsi la fécondation croisée ou allogamie. Dans cet Eden, ils rencontrent leur partenaire et peuvent ainsi mener à bien la pérennité de leur espèce. Le temps est compté, ils doivent agir vite et bien.

G. et P. Ledoux quant à eux nous dévoilent les merveilles de la faune   des lacs et rivières ;

Il est regrettable de constater que certaines activités humaines causent des dommages graves à ces populations. Protégeons les : plutôt que de les cueillir ou de les chasser, faisons des photos.

Parcours :

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 |

  • La libellule déprimée

      4 janvier 2019 , par LEDOUX Gabrielle et Patrick dans Flore et faune

    Voilà bien un curieux nom pour cet insecte de la famille des Odonates. Souffrirait-elle de vague à l’âme ? Serait-elle mal dans sa peau ? Aucun risque pour la bonne raison que les insectes n’ont pas de peau et que le terme employé est la traduction littérale de son nom en latin « Libellula depressa » où il désigne la forme aplatie de son abdomen.
    Ce magnifique insecte fait partie des libellules vraies (ou Anisoptères) contrairement aux Demoiselles (ou Zigoptères) beaucoup plus petits et fluets. On les (...)


  • Plateau de Langres - Versant Seine - Marne - Liez

    Le lac de la Liez au printemps et en été dans son environnement

      25 juin 2017 , par BOCHATON Jacques dans Flore et faune

    Les quatre lacs font partie des aménités environnementales les plus fortes du Pays de Langres. Je m’intéresse ici plus particulièrement à celui de la Liez. Le paysage que l’on peut admirer du haut des remparts de la cité des Lingons n’est pas commun. L’étendue d’eau bleue (285 ha) ceinturée par des arbres et arbustes ravit le regard des Langrois et des touristes.
    Sur le plan historique, la présence du barrage (459 m de long) et du déversoir nous rappelle les travaux impressionnants réalisés à la fin du (...)


  • Sous Bois

    L’AUTOMNE DANS LES BOIS d’André THEURIET

      13 avril 2017 , par BOCHATON Jacques , GALLIER Jean dans Flore et faune

    « L’automne dans les bois » est une nouvelle parue en 1878 dans le recueil « Sous-Bois », l’œuvre la plus célèbre d’André Theuriet. Nous en reproduisons ici les passages consacrés à la flore, illustrée par de nombreuses photographies, afin que chacun puisse visualiser de façon effective la richesse de la botanique que l’on peut découvrir dans la forêt d’Auberive. Si vous vous promenez dans cette forêt qui donne naissance à l’Aube, prenez le temps d’admirer ou de photographier ces plantes auxquelles vous (...)


  • Gouttes d’eau, plantes et insectes 

      15 septembre 2016 , par BOCHATON Jacques dans Flore et faune

    Qu’elle jaillisse d’une source, qu’elle serpente au creux d’une combe boisée, qu’elle se crée un mince passage en un ruisseau naissant ou encore qu’elle tourbillonne en une rivière vigoureuse, l’eau possède cette faculté de nous émerveiller. Cette beauté naturelle, enrichie par les effets de la lumière et de l’ombre attire depuis toujours peintres, poètes ou écrivains. Ce site met à l’honneur ces artistes du Pays de Langres qui ont su magnifier cet élément. Mais l’eau naît d’une minuscule goutte. Je me suis (...)


  • La Grande Aigrette (Egretta alba)

      6 mars 2016 , par LEDOUX Gabrielle et Patrick dans Flore et faune

    La Grande Aigrette pourrait presque être prise pour une sorte de Héron cendré albinos tant elle parait lui ressembler, que l’on considère sa taille, à peu près identique, sa silhouette au long cou serpentin ou son majestueux vol lentement battu. Pourtant c’est avec l’Aigrette Garzette bien plus petite et au vol très différent qu’on la confond, car elles sont toutes les deux d’un blanc immaculé.
    C’est justement pour attirer l’attention sur sa nette différence de taille avec l’Aigrette Garzette qu’elle (...)


| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 |




http://chemindeleau.com/2169