Accueil > Flore et faune > Gouttes d’eau, plantes et insectes

Gouttes d’eau, plantes et insectes 

Initialement publié le 8 mai 2016, mis à jour le 15 septembre 2016 , par BOCHATON Jacques dans Flore et faune

Qu’elle jaillisse d’une source, qu’elle serpente au creux d’une combe boisée, qu’elle se crée un mince passage en un ruisseau naissant ou encore qu’elle tourbillonne en une rivière vigoureuse, l’eau possède cette faculté de nous émerveiller. Cette beauté naturelle, enrichie par les effets de la lumière et de l’ombre attire depuis toujours peintres, poètes ou écrivains. Ce site met à l’honneur ces artistes du Pays de Langres qui ont su magnifier cet élément. Mais l’eau naît d’une minuscule goutte. Je me suis arrêté à ce stade initial et je vous livre quelques photographies la mettant en valeur. Plusieurs phénomènes interviennent pour former ces gouttelettes. Après une averse, elles restent fixées un certain temps sur la plante tels ce coquelicot, ce silène et cette campanule.


Par contre, sur les feuilles hydrophobes telle l’oxalis, elles glissent sans mouiller leur surface.

Elles peuvent résulter de la rosée nocturne ou matinale provoquée par la condensation de l’eau présente dans l’atmosphère. Elles se déposent sur des plantes telle cette fleur de coronille ou se collent sur les toiles d’araignées.

Mais le phénomène qui produit les plus beaux effets est sans conteste celui de la guttation. Lorsque la pression hydrique   racinaire est trop forte, les hydathodes, tissus secréteurs, exsudent par des petits pores le trop plein de l’eau stockée. Des gouttelettes perlent alors à l’extrémité des feuilles tels ce brin herbe, ce polypore et ce chou kale.

Lorsque la tension superficielle de courbure est constante, elles prennent la forme d’une sphère. Enfin les gouttes d’eau se comportent comme des loupes, des prismes, des lentilles et la lumière peut se réfléchir, se réfracter, se diffuser dans ce milieu transparent. Des images inversées, agrandies ou réduites apparaissent pouvant être capturées par un appareil photo en mode macro. Voyez les fleurs de violette et de cosmos.

Les insectes tirent parti de cette eau providentielle à l’instar de cette fourmi et de cette tipule.

Pour conclure, je vous dirai que ces gouttelettes de pluie, de rosée ou de guttation circulent sur notre planète voilà plus de 4 milliards d’années et qu’elles n’ont accompli que la moitié de leur voyage !

Mis en ligne par James GONCALVES

Dans le glossaire :
hydriques   potentiel hydrogène  

Documents :
Cliquez sur une image pour voir le document:

Forum de discussion sur ce parcours : 

2 Messages

Poster un message

Positions   Recaler

Lat: 47° 57' 04.13" N
Lon: 5° 44' 45.68" E
Bourbonne-les-Bains - Fontaine chaude


En savoir plus sur



http://chemindeleau.com/4417