Accueil > Le Vallage > Ruisseau du Mont

Le Vallage - Bassin séquanien - Marne - Ruisseau du Mont

Ruisseau du Mont

Montreuil-sur-Thonnance (52) - Thonnance-lès-Joinville (52)
Publié le 13 décembre 2016 , par FUSELIER Mireille dans Le Vallage

Histoire passée et récente du petit ruisseau, affluent de la Marne, qui prend sa source à l’Est du hameau de Montreuil, situé à 48° de latitude et 5°23 de longitude.


Dans un petit val entre route et forêt, les prés offrent aux vaches qui y paissent une belle herbe drue et humide. Lorsque le temps est résolument à la pluie, on voit de multiples ruisselets zigzaguer le long des pentes et se rassembler au plus creux du val ; au printemps et en fin d’automne, principalement.

Crédits: M.F.
Source dans le vallon

Ici est la source du MONT située à 310m d’altitude.
On le voit, on ne le voit plus… Et quelques centaines de mètres plus bas, sortant d’un drain à 280m d’altitude, le voilà qui coule allègrement dans un fossé creusé le long de la rue qui traverse le village de MONTREUIL et offre son eau claire à un superbe lavoir récemment rénové mais bien sûr devenu inutile. Montreuil se situe à une altitude de 275m.

Crédits: M.F.
Arrivée près du lavoir

Autrefois, au XIXème siècle en particulier, à Montreuil, sur le cours du Mont, on trouvait 3 moulins qui actionnaient une scierie dont il ne reste rien. Près de Montreuil, au lieu-dit « Petite Suisse » les Anciens creusaient des trous profonds dont il reste de nombreux vestiges. Le sous-sol étant riche en minerai de fer, les hommes en sortaient des roches précieuses qu’ils charriaient à la hotte et amenaient dans les lavoirs à bras, ou patouillets, construits le long du ruisseau pour en dégager la gangue argileuse. Montreuil compta jusqu’à 80 lavoirs et deux bocards à concasser situés sur le ruisseau, entre 1825 et 1885. Les eaux du Mont on le voit étaient très utilisées par la métallurgie.
Passé Montreuil, à 1000m environ de sa source, alors qu’il longeait la route D60, tout à coup : plus rien ! Il a disparu… Y a-t-il ici une faille ? Le fond sableux l’a- t- il absorbé ?... Et puis coucou, le revoilà quelque 700m plus loin, serpentant dans le pré. Le ru arrive alors au lieu-dit CLAIRE-FONTAINE après avoir dévalé une courte pente qui l’amène à 230m d’altitude.
Au milieu du siècle dernier, ce lieu était idyllique ; qu’on imagine une vaste prairie, une belle bergerie et des moutons qui venaient s’abreuver au ruisseau dont l’eau claire offrait de belles nappes de cresson très recherché pour les soupes et les salades. Aujourd’hui hélas le cours du ruisseau est envahi de ronces, la bergerie est une ruine. Seule une jolie petite arche de pierre

Crédits: M.F.
La petite arche de Claire Fontaine

reste le témoin d’un passé glorieux. Ce passé, il fut certes glorieux puisqu’en traversant la route nationale, y aboutit le Chemin de Jehanne d’Arc, chemin qui passe par le vallon de Claire Fontaine où existait dit-on un château construit par le Seigneur de Joinville mais détruit en 1544.
Descendant le cours du ru, nous arrivons au lieu-dit Le FOURNEAU, altitude 220 m. Quelques maisons, une ferme, attestent qu’ici autrefois le minerai lavé était concassé puis fondu dans un haut fourneau d’où sortait la fonte liquide qui servait à la fabrication de pièces mécaniques. Ce fourneau a pu produire jusqu’à 10 tonnes de fonte par jour mais je n’en ai pas trouvé les vestiges. Le minerai de Lorraine, plus riche en fer, avait pris la place du minerai local trop pauvre, les usines telles celles de Bussy se développant avaient alors signé la mort de tous ces bocards essaimés le long des ruisseaux.
Et le Mont continue sa descente

Crédits: M.F.
En amont du moulin aux écrevisses

vers le proche MOULIN aux ECREVISSES où son eau s’étale largement en des étangs et bassins qui communiquent grâce à de multiples vannes.

Crédits: M.F.
Une vanne de retenue

Là, dans cette belle eau claire, sont élevées des écrevisses à pattes rouges, très recherchées des gastronomes qui viennent s’en régaler au MOULIN DES ECREVISSES, gîte de France.
En ce lieu également est protégée une réserve de truites.

Crédits: M.F.
Panneau explicatif

Puis le ruisseau fait un coude à 90 degrés et passe sous la route.

Crédits: M.F.
Ruisseau du Mont

Il se dirige vers un autre ancien moulin que l’on appelait le MOULIN de la MAZELLE dont l’origine n’est plus connue, peut-être un moulin à huile. Mais aujourd’hui il est devenu célèbre sous le nom de JARDIN de mon MOULIN, un des plus beaux jardins de France, d’inspiration anglaise, où plus de 4000 plantes vivaces ont trouvé refuge sur 1200m2 de terrain traversés par le doux ruissellement de l’eau.

Crédits: M.F.
Au jardin de mon Moulin

Si « mazelle »signifie « câlin »en vieux français, la douceur du lieu apporte réellement un bien être perceptible, entre les collines du MURMONT (le mur du Mont) et la colline de la Perche.
Et le Mont poursuit sa course vers le village de THONNANCE-LES-JOINVILLE, altitude 185m.
Où est-il, le joyeux ruisseau ? Emprisonné, enfermé sous les voûtes des maisons du village, là où il n’y a encore pas si longtemps, il recevait par des trappes immondes les salissures, les immondices des habitants. Passages peu glorieux. De loin en loin, des échappées le rendaient à la lumière et quelques marches de pierres ou plans inclinés permettaient aux animaux des fermes d’aller s’y abreuver.

Crédits: M.F.
Sous les maisons du village de Thonnance les Joinville

En ce jour, le ruisseau est un peu mieux respecté et les descentes se parent de fleurs, juste retour des choses.
A la sortie du village le cours s’incurve et rencontre le dernier moulin à bocarder, récemment rénové et transformé en un gite douillet, le BOCARD, ainsi nommé, où l’eau cascade joyeusement.

Crédits: M.F.
Le bocard

Dernier virage et le ruisseau, à nouveau enfermé dans des buses de béton, passe sous la route puis sous le canal de la Marne à la Saône. Et tout de suite après, à peine sorti de l’ombre, il rejoint sa grande sœur Marne à laquelle il mêle son eau.

Crédits: M.F.
Le confluent du Mont et de la Marne

Il était un petit ruisseau…. qui n’avait parcouru que quelques six kilomètres !

Mis en ligne par Annita FOURTIER

Mireille FUSELIER est également l’auteur de cinq ouvrages :
- Joinville à la mi-temps de ce siècle.
- Joinville. Retour au XXème siècle.
- Joinville. Retour au XXème siècle - Tome II.
- Sedan 1870. L’émouvant récit du caporal Louis Oberhauser.
Et, le dernier ouvrage paru : "Le Maître du blé" aux éditions Persée.


Documents :
Cliquez sur une image pour voir le document:

Forum de discussion sur ce parcours : 

Poster un message

Positions   Recaler

Lat: 48° 27' 30.48" N
Lon: 5° 11' 07.56" E
Ruisseau du Mont - Passage sous la D60




http://chemindeleau.com/5902