Accueil > Le Plateau de Langres > Le Plateau de Langres versant séquanien > La Mouche de la source à la Marne

Plateau de Langres - Versant Seine - Marne - Mouche

La Mouche de la source à la Marne

Noidant-Le-Rocheux (52) - Saint-Ciergues (52) - Hûmes (52)
Publié le 31 janvier 2014 , par POLLET Jacques dans Le Plateau de Langres versant séquanien

La Mouche, affluent de la Marne, prend sa source sur la commune de Noidant-le-Rocheux et arrose sur son parcours de 15,3 km les six communes de Noidant - Vieux Moulins - Perrancey - St Ciergues - St Martin les Langres et Hûmes ou elle vient grossir la Marne.

C’est au niveau de la partie amont de la Mouche que subsistent les habitats aquatiques les plus intéressants de tous les grands cours d’eau du bassin.

La rivière traverse et alimente aussi le réservoir du même nom afin de fournir l’eau nécessaire aux écluses du versant atlantique du canal entre Champagne et Bourgogne par un débit moyen d’environ 400 litres par seconde.


Depuis des temps immémoriaux l’énergie de ses eaux a permis l’installation de nombreux moulins.

Sur la carte qu’il établit dans les années 1758, le géographe Cassini relève la présence de plus de quinze moulins sur les quinze kilomètres du cours de la Mouche. Seules dix de ces usines reçoivent une appellation « Moulin de Varoche - Foulon de Noidant - Papeterie de Melleville - Moulin Dangrave etc... » Pour les autres on peut supposer que chacun des ressauts de la rivière n’avaient reçu qu’un équipement sommaire.

La nature de l’utilisation et de la production de ces moulins changera au cours du temps.
Ce sont d’abord pour la plupart des moulins à foulons, ( Gros marteaux de bois actionnés par un arbre à cames réalisé a partir d’un tronc d’arbre muni de palettes servant de cames et mu par une roue à aubes).

Ces foulons écrasent la laine de moutons pour la fabrication d’étoffes de feutre ou de bure. Ces moulins appartiendront au clergé, ordres religieux et commanderies jusqu’à la révolution française.

Plus tard les mêmes foulons écraseront la pâte à papier et certains de ces moulins deviendront alors papèteries.

Enfin dans le courant du IXXème siècle, dans les moulins encore existants, des meules de pierre remplaceront les foulons afin de produire de la farine de blé pour répondre à un fort besoin alimentaire. Par exemple, en 1851, au moulin de Montaubant à Perrançey, Nicolas Carteret fabricant de papier cesse son activité ; son gendre Nicolas Decollogne transforme alors le moulin pour produire de la farine et son frère, de l‘huile).

A partir des années 1920 les roues à aubes qui transmettaient l’énergie de la rivière aux moulins sont remplacées par des turbines hydrauliques d’un rendement bien supérieur.
C’est-ce que l’on appellera alors dans les manuels de géographie des écoliers « La houille blanche ».

Après la deuxième guerre mondiale alors que tous les moulins situés en amont du réservoir de Saint-Ciergues ont cessé toute activité seules trois usines en aval, deux moulins et une papèterie, auront encore une activité industrielle et marchande.

Aujourd’hui ces établissements ne fonctionnent plus mais la rivière coule toujours et son énergie que l’on dit renouvelable est toujours là aussi.

Jacques Pollet

Voir aussi :
- La digue de Saint-Ciergues
- L’alimentation en eau du canal de Champagne en Bourgogne

Sur le Web :

Tourisme Haute-Marne en Champagne
Lac de la Mouche — Wikipédia

Dans le glossaire :
potentiel hydrogène  

Documents :
Cliquez sur une image pour voir le document:
La Mouche dans Humes

A Humes-Jorquenay (52200 Haute-Marne), la rivière La Mouche offre un charmant paysage bucolique dont profite le camping municipal. On aperçoit au milieu de l’image à droite le confluent de La (...)  

Fontaine Saint-Vinebault, Hûmes

Cette fontaine remarquable située à la sortie du village sur la route de Saint-Martin, a été restaurée il y a quelques années par la commune de Hûmes. Elle porte le nom du saint patron du village et donc de l’église où, en 840, une guérison (...)  

L’ancienne Papeterie de Melville, à Saint-Martin

Vue depuis le canal de sortie. Cette papeterie est très ancienne, son origine remonte au XVIème siècle. Elle appartenait au chapitre de la cathédrale de Langres. On a conservé un bail datant de 1614. Au XIXème siècle, ce « moulin à papier » (...)  

La Mouche arrivant à Saint-Ciergues

La Mouche, juste avant de passer sous le pont au Sud de Saint-Ciergues où elle se jette dans le lac. Elle a alors la vivacité d’un torrent se précipitant en cascade entre les herbes folles.  

Saint-Ciergues - Le pont antique sur la Mouche

Ce pont, situé au sud du lac de Saint-Ciergues (Haute-Marne), était celui de la route antique qui traversait La Mouche avant que le lac artificiel soit créé. Maintenant que le niveau de l’eau est maintenu bas, il est le plus souvent à (...)  

Digue de la Mouche : déversoir

Cet ouvrage sert à évacuer le trop-plein du barrage, l’eau s’écoulant par l’arche visible à droite de la photo.  

Digue de la Mouche ou de Saint-Ciergues

Un ouvrage en pierres et maçonneries, réalisé selon une conception et une réalisation toutes nouvelles pour l’époque.  

Saint-Ciergues - Grange-Fontaine

Cette "Grange-Fontaine" ressemble fort à un lavoir ! Sur une pierre à droite, elle porte l’inscription : "Erigé par nous Claude Prodhon maire et Pierre Caubert 1° membre du Conseil 1837"  

La Mouche - Aqueduc

Ce canal de terre, aujourd’hui à sec, est alimenté par le barrage de la Mouche et apporte de l’eau à Humes. Usage à définir  

Moulin d’Engrave sur la Mouche à Hûmes

Ce moulin fut le dernier « moulin à farine » en activité de la commune de Hûmes. Son exploitation a cessé il y a une quinzaine d’années.  

Moulin d’Engrave - La turbine

La turbine hydraulique, qui fournissait autrefois l’énergie motrice au moulin, a été utilisée de nombreuses années pour fabriquer de l’électricité. Elle est encore en état de fonctionner.  


Forum de discussion sur ce parcours : 

Poster un message

Positions   Recaler

Lat: 47° 57' 04.13" N
Lon: 5° 44' 45.68" E
Bourbonne-les-Bains - Fontaine chaude


En savoir plus sur



http://chemindeleau.com/4027