Accueil > Le Bassigny > L’hydraulique monastique à l’abbaye de Morimond

Bassigny - Meuse - Flambart

L’hydraulique monastique à l’abbaye de Morimond

Parnoy-en-Bassigny (52)
Publié le 27 juin 2014 , par VIARD Georges dans Le Bassigny

Dès la création de l’abbaye de Morimond vers 1117, les moines venus de Cîteaux entreprirent d’importants travaux avant d’édifier l’église et les bâtiments nécessaires à leur installation.


Cliquez sur l’image pour télécharger le flyer
Ancien plan de l'abbaye de Morimond (Haute Marne)
Crédits: Atlas des dépendances de l'abbaye royale de Morimond
Ancien plan de l’abbaye de Morimond (Haute Marne)
Plan réalisé par le chevalier de Vercly en 1789

Il leur fallut en particulier maîtriser les eaux qui sourdaient de toutes parts dans le vallon avant d’alimenter le Flambard, modeste affluent de la Meuse, afin d’en utiliser à leur profit les importantes ressources que leur offrait la nature. Les vastes étangs qui subsistent encore aujourd’hui pour la plus grande joie des pêcheurs et des touristes disent toujours l’ingéniosité et la maîtrise reconnue des Cisterciens dans l’art hydraulique.

Les recherches des archéologues, menées depuis 1994, permettent de mieux connaître les travaux réalisés depuis les origines jusqu’à la Révolution pour aménager, entretenir, voire reconstruire (notamment après la guerre de Trente Ans) les réseaux de canaux aériens ou de conduits souterrains qui permirent de drainer le vallon, d’offrir aux habitants du monastère toute l’eau potable nécessaire et d’importantes réserves de poissons, d’utiliser la force motrice des eaux du Flambard pour entraîner la roue de nombreux moulins, sans oublier de faire de ces eaux l’un des éléments des jardins d’agrément.

Les moines, installés d’abord au Vieux Morimond où l’on peut voir encore les traces d’une chaussée qui retenait les eaux d’un étang, ont ensuite créé en aval et progressivement entre 1130 et 1184 quatre étangs en chapelet, dont le Grand Étang. Ceux-ci servaient à la fois de réserves de poisson et de bassin tampon anti-crue pour les bâtiments monastiques situés en aval. Ils permettaient en outre de mettre en mouvement les roues hydrauliques de moulins à blé et d’autres ateliers dans l’enclos. La ressource en eau était aussi utilisée pour nettoyer les égouts créés par les moines dans l’enclos sous leurs bâtiments, principalement les latrines et les cuisines.

Abaye de Morimond (Haute Marne) - Réseaux hydrauliques
Abaye de Morimond (Haute Marne) - Réseaux hydrauliques
Les réseaux hydrauliques de l’abbaye de Morimond

Deux réseaux hydrauliques furent mis en place dès le milieu du XIIe siècle. D’une part le Flambard fut canalisé dans un collecteur principal passant au centre du vallon et en partie couvert (entre 3,2 m de large sur 1,6 m de haut). À cette épine dorsale du système hydraulique, se connectaient une dizaine de collecteurs secondaires voûtés (1 m sur 1 m) et des collecteurs de petite taille (30 sur 30 cm). L’ensemble mesurait plus d’un kilomètre et assurait un bon écoulement des eaux vers la rivière.

Abbaye de Morimond (Haute Marne) : Essai de restitution de l'hydraulique et du plan moderne
Abbaye de Morimond (Haute Marne) : Essai de restitution de l’hydraulique et du plan moderne

Un réseau d’eau potable fut installé à partir des nombreuses sources qui sourdent sur les flancs nord et sud du vallon : cinq ont été repérées dans l’enclos, trois sur la rive gauche du Flambard et deux sur la rive droite ; une dernière se situe juste à l’extérieur. Aménagées, telle la source Sainte-Ursule, elles étaient reliées aux bâtiments par des conduites maçonnées en pierres et étanchéifiées au mortier de tuileau. Ainsi se trouvait alimenté cet élément essentiel des abbayes cisterciennes qu’était le lavabo, dont, malheureusement, nous ne connaissons rien pour Morimond.
En aval de l’enclos, le cours du Flambard fut redressé, et les moines, après avoir acquis des terres, y installèrent et développèrent trois moulins alimentés par les réserves d’eau de trois étangs.

Les moulins de l'abbaye de Morimond (Haute Marne)
Les moulins de l’abbaye de Morimond (Haute Marne)

Avant la première moitié du XIIIe siècle, l’abbaye comptait donc huit étangs dans son très proche voisinage, qui fonctionnaient parfaitement par des lâchers d’eau, le débit permanent du Flambard ne permettant pas de faire tourner une roue hydraulique en permanence. Plus en aval encore, notamment près de ses granges, Morimond créera ou achètera moulins et foulons : une trentaine au total, qui seront affermés très tôt à des laïcs.

Au XVIIIe siècle, lors de la reconstruction de l’abbaye, on remania le réseau hydraulique pour joindre l’agréable à l’utile. Tandis que l’on comblait le grand vivier médiéval qui servait de réserve de pêche, on creusait un grand canal en forme de U, entourant un important jardin d’agrément, et plusieurs bassins pour orner des parterres à la française.
Georges VIARD

L'étang de Morimond (Haute Marne)
L’étang de Morimond (Haute Marne)
Etangs de pêche privés, ancienne Abbaye de Morimond, 52400 FRESNOY-EN-BASSIGNY.

D’après : Hubert Flammarion, Benoit Rouzeau et Georges Viard, Morimond, quatrième fille de Cîteaux, Association des Amis de l’Abbaye de Morimond, 2010.
Benoit Rouzeau et Erwan Madigand, « L’hydraulique dans l’enclos de Morimond. Approvisionnement, réseaux et fonctions, de la fondation à nos jours », dans L’abbaye cistercienne de Morimond. Histoire et rayonnement, Association des Amis de l’Abbaye de Morimond, Société historique et archéologique de Langres, 2005, pp. 179-204.

Pour consulter le site de l’Association des Amis de Morimond, cliquer sur le lien suivant :
http://abbaye-morimond.org/


Documents :
Cliquez sur une image pour voir le document:

Forum de discussion sur ce parcours : 

Poster un message

Positions   Recaler

Lat: 47° 57' 04.13" N
Lon: 5° 44' 45.68" E
Bourbonne-les-Bains - Fontaine chaude




http://chemindeleau.com/4519