Accueil > Le Plateau de Langres > LIGNE DE PARTAGE DES EAUX SUR LE PLATEAU DE LANGRES

Plateau de Langres

LIGNE DE PARTAGE DES EAUX SUR LE PLATEAU DE LANGRES

Point triple hydrographique - Bassin versant Seine Atlantique et Manche - Bassin versant Meuse mer du Nord - Bassin versant Rhône Méditerranée
Initialement publié le 10 mars 2015, mis à jour le 17 septembre 2016 , par GALLIER Jean dans Le Plateau de Langres

La ligne de partage des eaux, qui traverse le Plateau de Langres, a déjà été mentionnée dans les colonnes de ce site, avec l’article « Le Plateau de Langres, un château d’eau de la France » [1].

Si chemindeleau s’intéresse particulièrement au Plateau de Langres, il faut bien comprendre que la ligne de partage des eaux, qui le traverse, dépasse largement ce cadre.


Voyez également : LE PLATEAU DE LANGRES : SA GEOMORPHOLOGIE.

Peu d’habitants de notre région ont conscience d’être sur une ligne de partage des eaux trans-eurasienne, qui va du détroit de Gibraltar et, plus exactement, de la Pointe de Tarifa [2] en Andalousie, jusqu’au détroit de Behring et, plus précisément, au Cap Dejnev [3] dans la péninsule de Tchoukotka [4].
Le premier point fait la séparation entre Atlantique et Méditerranée, le deuxième entre Arctique et Pacifique.

A cette première singularité, vient s’en rajouter une deuxième qui est l’existence, sur cette ligne de partage des eaux, de plusieurs points triples hydrographiques.
Nous n’allons pas faire, ici, un cours de géographie physique mais, simplement, aborder une notion simple pour revenir très vite au Plateau de Langres. Si une ligne de partage des eaux sépare deux bassins versants, le point triple sépare trois bassins versants. Il s’agit donc d’un point tout à fait remarquable.

Nous allons commencer par la Russie (se reporter à la carte ci-après [5]). La ligne de partage des eaux court depuis le Cap Dezhnev (point rouge), jusqu’à un point triple important effectuant la liaison avec l’Europe. Il s’agit du "point triple situé au sud du lac Onega [6] - (point rouge). De ce point, partent les eaux de la Volga (bassin endoréique de la mer Caspienne) [7], de l’Onéga (bassin versant de l’océan Arctique), et de la Neva (bassin versant de la mer Baltique)" [8].

Crédits: http://russie.onlc.eu/5-Geographie.html#haut - Carte complétée par J. Gallier
Ligne de partage des eaux sur le continent eurasien

Ci-dessous, photo du Cap Dezhnev [9].

Crédits: http://wikimapia.org/1798802/fr/Le-cap-Dejnev
Cap Dezhnev

Après ce vaste territoire eurasien, regardons en détail le tracé des lignes de partage des eaux en Europe centrale et en Russie en particulier, à partir du point triple proche du lac Onega.

Crédits: Jean Gallier
Les 3 bassins versants d’Europe centrale
Détail du point triple situé a côté du lac Onega

Cette zone est relativement complexe du point de vue hydrographique. Le point triple est situé proche de la source de la rivière Soyda. Celle-ci est émissaire du lac Soydozero pour devenir tributaire du lac Kemskoe [10] qui a lui-même pour émissaire la rivière Kema venant se déverser dans le lac Beloe [11], grand lac le plus élevé de la région à 112 m au dessus du niveau de la mer. Tout cet ensemble appartient au bassin hydrographique de la Volga, c’est-à-dire au bassin versant de la mer Caspienne.
Le lac Beloe est situé sur le parcours du fameux canal reliant Saint-Pétersbourg à Moscou, appelé aussi système de canal Novomariinsky. Le lac donne ses eaux au canal, à la fois sur le nord pour le lac Onega (sur le versant Baltique) et sur le sud pour le réservoir de Rybinsk [12] (sur le versant Caspienne). Ainsi, la ligne de partage des eaux trans-eurasienne coupe naturellement, au nord, le canal dans sa partie la plus haute (identique à celle du lac Beloe).

Sur la carte dynamique ci-dessous, ce canal est représenté par un tracé bleu. Par exemple, vous pouvez visualiser l’intersection de ce canal avec la ligne de partage des eaux, au niveau de l’écluse n°6. Vous pouvez également aller visiter la zone du point triple [13].



Maintenant, nous allons quitter l’Europe centrale pour faire le lien avec l’Europe occidentale, puis avec la France, puis avec le Plateau de Langres.

Vous trouverez, sur la carte qui suit [14], les principales lignes de partage des eaux, ainsi que les principaux points triples d’Europe, en partant du point triple déjà cité, au sud du lac Onega (point rouge), pour aller jusqu’au détroit de Gibraltar, à la pointe de Tarifa (point rouge).

Crédits: A. Darmochwal – BenutzungimRahmen der GNU FDL gestattet_Carte complétée par J. Gallier
Bassins hydrographiques et principales lignes de partage des eaux européennes

Ci-dessous, photo de la pointe de Tarifa [http://lpe-asso.org/un-camino-qui-partage-bien/]

Crédits: LIGNE DE PARTAGE www.lpe-asso.org
Pointe de Tarifa

Vous noterez déjà, sur cette carte de l’Europe, le point triple positionné sur le Plateau de Langres (point jaune avec bordure rouge).
Sur cette carte de l’Europe, il s’agit du seul point triple situé en France.
En examinant une carte de l’Union Européenne (ci-après [15] ), on peut faire le même constat.

Crédits: By Treehill [CC BY-SA 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons_Carte complétée par J. Gallier
Bassins hydrographiques dans l’Union Européenne

Au niveau du continent européen et de l’Union Européenne, ne sont considérés que les bassins maritimes suivants : la mer Noire – la mer Adriatique – la mer Méditerranée – l’océan Atlantique – la mer du Nord – la mer Baltique – la mer de Barents. Ainsi, la Manche n’est pas distinguée de l’océan Atlantique. Par conséquent, vu au niveau européen, la France n’a que deux façades maritimes : l’Atlantique et la Méditerranée.

A partir de ce constat, le point triple situé sur le Plateau de Langres fait la séparation entre les bassins versants de l’Atlantique, de la mer du Nord et de la Méditerranée.
A noter que la prise en compte de la Manche ne remettrait pas en cause l’existence du point triple du Plateau de Langres qui, le cas échéant, ferait alors la séparation entre les bassins versants de la Manche, de la mer du Nord et de la Méditerranée.

Maintenant, resserrons la vue sur la France et regardons la carte des Agences de l’Eau

Crédits: d'après IGN BDALTI – IGN BDCARO – AEP_Carte complétée par J. Gallier
Les 6 agences de l’eau

Vous noterez deux points triples supplémentaires.
Le premier – représenté par un cercle jaune – est situé en Auxois. Ce point triple peut être interprété de deux façons :
-  Soit par la prise en compte de la Manche. Dans ce cas il fait la séparation entre les bassins versants maritimes de l’Atlantique, de la Manche et de la Méditerranée.
-  Soit en considérant les bassins versants fluviaux, à la place des bassins versants maritimes. Dans ce cas, il fait la séparation entre les bassins versants de la Loire, de la Seine et du Rhône.
Si on raisonne au niveau européen (voir ci-dessus), ce point triple n’est pas considéré comme un point triple principal.
Le deuxième – représenté par un cercle noir – est situé en Lozère. Ce point triple ne peut pas être considéré du point de vue des bassins versants maritimes : Garonne et Loire se jetant dans le même océan Atlantique. Il ne peut donc être appréhendé que par la prise en compte des bassins versants fluviaux. Ce point triple fait alors la séparation entre les bassins versants de la Garonne, de la Loire et du Rhône. De la même façon, si on raisonne au niveau européen (voir ci-dessus), ce point triple n’est pas considéré comme un point triple principal.
Alors, pourquoi ces deux points triples supplémentaires ?
Pour des raisons évidentes de gestion, l’Agence de l’Eau du territoire français doit descendre au niveau du bassin versant fluvial, et ensuite, au niveau rivière. D’où l’existence des 6 agences telles que représentées sur la carte.

En synthèse :
-  Si on se place au niveau européen, celui-ci ne retient qu’un seul point triple principal en France, comme faisant la séparation entre 3 bassins versants maritimes. Ce point triple est situé sur le Plateau de Langres.
-  Si on se place au niveau national, la France possède 3 points triples, chacun d’eux faisant la séparation entre 3 bassins versants fluviaux. Ces trois points triples sont situés respectivement en Lozère, en Auxois et sur le Plateau de Langres.

Nous pouvons, maintenant, nous concentrer sur le point triple qui nous intéresse. Voir la carte simplifiée qui suit [16].

Crédits: http://www.hist-geo.com/Carte/France/Grands-Bassins-Fluviaux.php_Carte adaptée par J. Gallier
Les 3 versants maritimes en France

Le point triple du Plateau de Langres est situé au sud de la commune de Récourt, sur le chemin de Falouande, au nord du plateau appelé « les Marchais », à une altitude de 453 m.

Pour les puristes, les coordonnées de ce point sont les suivantes :
05° 30’ 17,183’’ de longitude Est, 47° 56’ 29,173’’ de latitude Nord.
Se reporter au tracé sur carte IGN.

Crédits: Carte adaptée de Jean Gallier à partir des fonds de carte © Geoportail – IGN et © BD Carthage-SANDRE
Point triple en Haute Marne

Comme mentionné précédemment, ce point fait la séparation entre les bassins de l’Atlantique, de la mer du Nord et de la Méditerranée.
Attention, cependant, à ne pas faire un excès de zèle avec les coordonnées mentionnées, car il peut y avoir une différence entre hydrographie de surface et hydrogéologie.
Voir photo sur le terrain.

Crédits: Jean-Yves Bidaut
Point triple en Haute Marne - Chemin de Falouande - Le point triple géographique est à environ 25 m à gauche du photographe.

On notera, sur cette photo, que ce point triple ne jouit d’aucune signalisation, contrairement à ceux de Lozère et d’Auxois.
Il est donc tout à fait paradoxal de constater que ce point triple européen, situé sur le Plateau de Langres, ne soit pas mentionné comme tel sur aucune carte, n’ait aucune matérialisation au sol, ni panneau indicateur et, par conséquent, soit totalement inconnu du grand public.

Au niveau de l’érudition locale, on peut citer les références suivantes :
- "Métiers et terroirs de Haute-Marne" [17] de Jean-Marie Curien et Marcellin Bachalard. Ces auteurs restent cependant au niveau des bassins fluviaux, en parlant des bassins hydrographiques Séquanien [18], Rhodanien et Meusien, sans préciser le point de séparation.
- "Harmonies haut-marnaises" [19] de Claude et Roger Petitpierre. Ces derniers sont apparemment les seuls à aborder la notion de bassins maritimes, en parlant de "Trois bassins hydrographiques de l’isthme européen" et, précisent que la côte domérienne [20] "délimite les trois bassins hydrographiques de l’Europe de l’Ouest". On ne saurait être plus clair quant à l’importance du point triple du Plateau de Langres. Cependant, ces auteurs se limitent à situer le partage des eaux "au sommet du chemin de Falouande", sans plus de précision.
- Le site Wikipédia concernant le Val-de-Meuse [21] ; chapitre « Lieux et Monuments ». C’est la seule référence (en dehors du SANDRE), donnant les coordonnées GPS du point triple.

Cependant, en 2016, après la création de l’association du chemindeleau et la parution des premiers articles, l’émission "Ici et pas ailleurs" de FR3, animée par Bertrand LASSEGUETTE et à laquelle a participé le sous préfet de Langres Jean-Marc DUCHÉ, nous a fait découvrir le "Point Triple" et les innombrables richesses hydrographiques de ce "Château d’eau de la France" qu’est le Plateau de Langres.


On trouvera ci-après les villages, hameaux, et bourgs du Plateau de Langes [22], situés sur la ligne de partage des eaux.
Ainsi, on commence au nord, par la ligne de partage des eaux entre océan Atlantique et mer du Nord. Le premier village du plateau, sur cette ligne, est Prez-sous-Lafauche, au pied de la côte de Meuse.
Prez-sous-Lafauche (52)
Vesaignes-sous-Lafauche (52)
Semilly (52)
Chalvraines (52)
Ferme de Dôme (52)
Illoud (52)
Romain-sur-Meuse (52)
Huilliécourt (52)
Ozières (52)
Thol-lès-Millières (52)
Vroncout-la-Côte (52)
Audeloncourt (52)
Clefmont (52)
Perrusse (52)
Buxières-lès-Clefmont (52)
Daillecourt (52)
Ninville (52)
Noyers (52)
Rangecourt (52)
Is-en-Bassigny (52)
Montigny-le-Roi (52)
Récourt (52)
A Récourt la ligne de partage des eaux, océan Atlantique / mer du Nord, rejoint la ligne de partage des eaux trans-eurasienne, pour former le point triple.
De même, à partir de Récourt, cette ligne de partage des eaux trans-eurasienne quitte le Plateau de Langres en entrant dans le Bassigny, et se poursuit vers l’est en direction de la Russie.
Pour rester sur le Plateau de Langres, nous allons maintenant, suivre cette ligne trans-eurasienne en direction du sud.
Poiseul (52)
Marcilly-en-Bassigny (52)
Plesnoy (52)
Orbigny-au-Mont (52)
Celsoy (52)
Montlandon (52)
Chatenay-Vaudin (52)
Culmont (52)
Saint-Vallier-sur-Marne (52)
Chalindrey (52)
Le-Pailly (52)
Ferme du Canon (52)
Balesmes-sur-Marne (52)
Noidant-Chatenois (52)
Cohons (52)
Cherrey (52)
Bourg (52)
Saints-Geosmes (52)
Ferme de la Valpelle (52)
Brennes (52)
Flagey (52)
Ferme de la Charmotte (52)
Ville-Haut (52)
Aprey (52)
Le Pontot (52)
La Thuillière (52)
Auberive (52)
Aujeures (52)
Vaillant (52)
Praslay (52)
Vivey (52)
Musseau (52)
Chalmessin (52)
Lamargelle-aux-Bois (52)
Poinsenot (52)
Grancey-le-Château-Neuvelle (21)
Neuvelle-lès-Grancey (21)
Busserotte-et-Montenaille (21)
Montenaille (21)
Le Mont (21)
Beneuvre (21)
Bussières (21)
Fraignot-et-Vesvrotte (21)
Vesvrotte (21)
Ferme la Barre (21)
Ferme de Montmorot (21)
Mont-Armet (21)
Salives (21)
Larçon (21)
Palus (21)
Prégelan (21)
Lochère (21)
Echalot (21)
Vau-le-Bon (21)
Poiseul-la-Grange (21)
Vauchenot (21)
Grand-Vallée (21)
Billy-lès-Chanceaux (21)
Petit-Vallée (21)
Charmeronde (21)
Chanceaux (21)
La-Rente-des-Combes (21)
Pellerey (21)
Poncey-sur-l’Ignon (21)
Bligny-le-Sec (21)
Champagny (21)
Saint-Seine-l’Abbaye (21)
Cestres (21)
Froideville (21)
Saint-Martin-du-Mont (21)
Bordes-Bricart (21)
Bordes-Pillot (21)
Fromenteau (21)
Trouhaut (21)
Panges (21)
Charmoy-lès-Blaisy (21)
Blaisy-Haut (21)
A partir de Blaisy-Haut, la ligne de partage des eaux quitte le Plateau de Langres pour entrer en Auxois, et se poursuit vers le sud en direction de l’Espagne.

Vous pouvez aussi vous promener, sur le Plateau de Langres, le long de ces lignes de partage des eaux, en utilisant la carte dynamique ci-après. Vous avez la possibilité de changer d’échelle et de fond de carte.
La ligne de Partage des eaux traverse le canal Bourgogne - Champagne au niveau de Noidant-Chatenoy, mais vous ne pouvez voir aucun canal dans ce village car ici, le canal franchit la ligne de partage des eaux par un tunnel en souterrain. Pour en savoir plus sur ce sujet, voir sur ce même site les articles "Le tunnel de Balesmes" et "Eglise de BALESMES et tunnel du canal Champagne-Bourgogne".

Si vous avez des questions ou suggestions à propos de cet article, n’hésitez pas à aller sur le FORUM à la fin de ce document.



Notes :

[2Punta de Tarifa, en espagnol.

[3Dejnev, Dezhnev ou Dejniova.

[4Tchoukotka, Tchouktche ou Chukotka.

[6Onega, Onego, Oniego ou Onezhskoye.

[7« Un bassin endoréique est un bassin versant clos, retenant les eaux (superficielles ou non) dans une dépression fermée. Tout apport hydrique (cours d’eau, pluie, ou autre forme de précipitations) ne peut quitter un bassin endoréique que par évaporation ou infiltration ». Extrait de https://fr.wikipedia.org/wiki/Endor%C3%A9isme.

[10Kemskoe, Kemskoïe, Kemskoye, Kemozero.

[11Beloe, Beloïe, Beloye, c’est-à-dire lac Blanc en Français.

[12Rybinsk, Rybinskoîe, Rybinskoye.

[13La ligne de partage des eaux a été tracée à partir de la carte geojson disponible sur internet, par conséquent la précision du tracé est liée à la précision de cette carte qui est évidement inférieure à celle de la carte IGN au 1/25000 pour le territoire français. A la fin de cet article, le tracé sur la carte dynamique du Plateau de Langres a pu être établi à partir des cartes IGN au 1/25000

[14http://fr.wikipedia.org/wiki/Ligne_de_partage_des_eaux#mediaviewer/File:Lignedepartagedeseaux(1).png. Carte d’origine : 05/2004 A. Darmochwal – BenutzungimRahmen der GNU FDL gestattet.

[17Editions Hermé 1982

[18Le mot séquanien est pris ici, non pas au sens géologique, mais au sens géographique signifiant "relatif à la Seine ou à son bassin, appelé dans l’antiquité la Séquanie".

[19Association l’Escarmouche Chaumont 1987

[20Couche géologique du lias (ou jurassique inférieur) de l’ère secondaire.

Dans le glossaire :
potentiel hydrogène  

Forum de discussion sur ce parcours : 

9 Messages

  • LES POINTS TRIPLES HYDROLOGIQUES Le 12 mars 2015 à 11:24, par Blandine Vue

    Sans chauvinisme : la différence entre la manche et l’océan Atlantique dont elle n’est qu’un bout entre le continent et une île ?????? En voit-on une entre la mer jaune et le Pacifique...? Nous avons le seul vrai point français entre des mers bien différentes (sauf si vu de plus loin, on prend la mer du nord pour un bout de l’Atlantique !)

    Autre détail : je situerais le point plus loin sur le chemin, il continue à monter de façon visible jusqu’aux 2/3 environ (depuis le carrefour), ensuite c’est difficile à voir. Le point est donc au minimum au niveau des 2/3, sinon plus loin. Plus au sud de toute façon que ce que vous avez entouré. Le tumulus détruit au remembrement était au bout du chemin de l’époque. Il faut que je reprenne les vieilles cartes pour vérifier sa situation par rapport au chemin actuel.

    Répondre à ce message

    • LES COORDONNÉES DU POINT TRIPLE Le 13 mars 2015 à 09:22, par Jean Gallier

      J’ai longuement conversé avec un responsable - M. Bigorre - de l’Agence de l’Eau du bassin Rhin-Meuse sur ce sujet. Il m’a orienté vers le Service d’Administration Nationale des Données et Référentiels sur l’Eau (SANDRE) qui possède une base de données, BD Carthage, très semblable au Géoportail de l’IGN. Cette base de données confirme les valeurs initiales.
      Comme vous me l’avez signalé, il y a effectivement des points un peu plus hauts dans le paysage, à proximité immédiate, mais ceux-ci constituent la limite entre deux bassins, pas entre les trois.
      Vous trouverez, en pièce jointe, un extrait de la carte de BD Carthage.

      Répondre à ce message

  • LE NOMBRE DE POINTS TRIPLES Le 13 mars 2015 à 09:06, par Jean GALLIER

    Comme expliqué dans mon mémo, l’identification d’un point triple est liée à deux paramètres qui, je vous l’accorde, peuvent prêter à interprétations.

    1) Un effet "zoom".

    Selon que l’on prend le niveau international, européen, national, ou régional, il est évident que le nombre de points triples n’est pas le même.
    En Europe, on reconnaît : la Méditerranée, l’Atlantique, la Mer du Nord, la Baltique, la mer de Barents, l’Adriatique, La mer Noire. A la jonction de ces versants correspond un point triple.
    Sous toutes réserves, la Manche n’est pas prise en considération au niveau de l’Europe, si j’en crois deux cartes sérieuses :
    • Bassins hydrographiques et principales lignes de partage des eaux européennes.
    • Bassin hydrographiques au sein de l’Union Européenne.
    Sur les deux cartes :
    • Les principales lignes de partage des eaux sont en rouge.
    • La France n’a qu’un seul point d’intersection de 3 lignes rouges.
    Maintenant, si on passe au niveau national, la Manche apparaît sur les cartes de France, comme le Channel sur les cartes d’Angleterre.
    Totalement à l’inverse, si on se place au niveau international, toutes les identités précitées disparaissent au profit d’une seule : l’Atlantique. Il ne reste, in fine, que 5 entités : l’Atlantique, l’Arctique, l’Antarctique, le Pacifique, l’Océan Indien. Ce qui doit représenter, environ, 5 points triples sur toute la planète (à vérifier).

    En résumé de ce paragraphe : selon le grossissement que l’on fait de la carte du monde, le nombre de bassins maritime change.

    2) Une ambiguïté quant à la compréhension d’un bassin versant.

    Bassin versant maritime ou bassin versant fluvial ?
    Le géographe va plutôt raisonner en bassin versant maritime, alors que le gestionnaire de l’eau va plutôt raisonner en bassin versant fluvial.
    Prenons un cas type en France : celui de la Loire et de la Garonne. Pour des raisons évidentes de gestion de l’eau, il existe une Circonscription Administrative de Bassin (Correspondant à une Agence de l’Eau), pour chacun de ces deux fleuves, alors qu’il n’existe qu’un seul versant maritime pour ces deux fleuves : l’Atlantique. Selon l’approche adoptée, le point triple situé en Lozère aura un sens ou n’en aura pas.

    En résumé de ce paragraphe : selon que l’on considère les bassins versants d’un point de vue fluvial, ou d’un point de vue maritime, le nombre de points triples ne sera pas le même.

    En conclusion de ce Chapitre.

    Si on considère 4 bassins versants maritimes - Méditerranée, Atlantique, Manche, mer du Nord - il y a 2 points triples en France :
    • Celui situé en Auxois.
    • Celui situé sur le Plateau de Langres.
    Si on considère 3 bassins versants maritimes - Méditerranée, Atlantique, mer du Nord - il n’y a qu’un seul point triple en France :
    • Celui situé sur le Plateau de Langres.

    Comme nous appartenons à l’Union Européenne, nous avons la possibilité d’adopter ce dernier point de vue.

    Alors, me direz-vous, pourquoi ai-je retenu deux points triples dans mon texte initial ?
    Comme expliqué dans mon mémo : le point triple situé en Auxois a été rendu célèbre par l’écrivain Henri Vincenot et, il en a même fait même le "toit du monde", alors que ce point a une altitude légèrement inférieure à celui du Plateau de Langres ! De plus, ce point a été matérialisé en dur, sur le terrain (comme en Lozère d’ailleurs).
    Le contraste est, quand même, saisissant : le seul point triple français qui ne peut pas être remis en cause est le plus méconnu en France et c’est le seul à ne pas être matérialisé au sol !
    J’ai fait ce mémo afin que les haut-marnais prennent conscience de ce patrimoine mais, cela me paraîtrait maladroit de remettre en cause la légitimé des autres points triples déjà matérialisés.

    Je vais, néanmoins, corriger mon texte d’origine afin de mettre davantage en valeur le point triple du Plateau de Langres.

    Répondre à ce message

    • LE NOMBRE DE POINTS TRIPLES Le 1er octobre 2015 à 19:39, par Jean Gallier

      J’ai corrigé le texte d’origine pour mettre davantage en valeur le point triple du Plateau de Langres, comme étant un point remarquable faisant la séparation entre trois bassins versants MARITIMES européens.
      Cependant, la notion de bassins versants FLUVIAUX est un concept qui existe aussi, ce qui génère d’autres points triples, comme celui situé en Auxois et celui situé en Lozère.

      Répondre à ce message

  • LIGNE DE PARTAGE DES EAUX SUR LE PLATEAU DE LANGRES Le 6 juin 2016 à 09:31, par Ruth DIECKMANN

    Bonjour,
    je suis conseillère municipale à Bains-les-Bains et passionnée de vélo. Les lignes de partage des eaux m’ont toujours fascinées. Si je peux contribuer de quelque façon que ce soit à faire connaître ce point triple, n’hésitez pas à me le faire savoir. Merci aussi pour votre article dans l’Echo des 3 Provines.
    Bonne journée à vous,
    Ruth

    Répondre à ce message

Poster un message

Positions   Recaler

Lat: 47° 56' 23.3" N
Lon: 5° 30' 07.53" E
LIGNE DE PARTAGE DES EAUX SUR LE PLATEAU DE LANGRES




http://chemindeleau.com/1213